Economie,  Jeux de Hasard

Est-ce que la libéralisation des jeux d’argent en Israël est possible?

Un consortium d’investisseurs israéliens menée par la société derrière la nouvelle version du site tropezia palace a exprimé son intérêt à investir dans le secteur des jeux de hasard au Guatemala.

Le secteur des jeux de hasard en Israël est une anomalie. Dans presque tous les autres domaines, le pays a adopté l’industrie de la haute technologie et la technologie de pointe. C’est pourquoi Israël attire une quantité si disproportionnée de R&D dans le domaine des nouvelles technologies, et c’est pourquoi l’étiquette de « pays en développement » n’est pas seulement un argument publicitaire.

Mais quand il s’agit de jeux de hasard électroniques, le pays est coincé. Le gouvernement et les tribunaux ont longtemps résisté aux appels à la libéralisation des jeux d’argent en ligne. Par exemple, en 2005, alors que les casinos sur smartphone n’étaient qu’un rêve lointain, le procureur général a imposé des pénalités aux sociétés émettrices de cartes de crédit qui facilitaient le jeu en ligne.

Une nouvelle persécution des sites de poker pourrait entraîner des changements

Si vous suivez la scène du jeu en Israël, vous ne pouvez pas avoir manqué la répression de 2018 sur les sites de poker en ligne. En octobre, les tribunaux ont prononcé des injonctions contre un groupe d’opérateurs de poker qui auraient ciblé des clients israéliens.

Ceci est survenu peu de temps après l’adoption de la loi 5767-2017 sur les « Pouvoirs de prévention des infractions par le biais d’un site Internet », qui permettait à l’État de mettre fin à toutes sortes d’opérations en ligne – y compris l’accès a des sites de jeux de hasard en ligne pour une personne.

Donc à première vue, les signes ne sont pas bons. Alors pourquoi y a-t-il des raisons d’être optimiste dans le secteur des jeux de hasard et des casinos en ligne ?

Le capitalisme mondial et la libéralisation vont de pair

Cela peut paraître étrange à dire, mais les indices pourraient se trouver très loin au Guatemala. Les législateurs y travaillent sur un projet de loi visant à libéraliser le secteur des jeux d’argent du pays. En même temps, le pays se prépare à conclure un accord commercial avec Israël.

Alors, où les deux histoires se rejoignent-elles ? Eh bien, un consortium d’investisseurs israéliens a exprimé son intérêt à investir dans le secteur des jeux de hasard au Guatemala. Jusqu’à 2 milliards de dollars ont été mentionnés, avec la participation de figures comme le magnat de Las Vegas Sheldon Adelson (voir sa bio: http://www.journaldunet.com/economie/les-dix/milliardaires-partis-de-rien/6-sheldon-adelson.shtml).

Cela montre comment les investisseurs israéliens élargissent leur portefeuille de jeux de hasard à l’étranger. Mais il y a un autre aspect de cette histoire qui n’a rien à voir avec l’expansion. C’est une question de compétition et de fragilité.

Commentaires fermés sur Est-ce que la libéralisation des jeux d’argent en Israël est possible?